Les actualités de l'ADAJE

L'activité 2017

Publié le 06 juin 2018

L’année 2017 a été marquée par les événements principaux suivants :

1/ Election d’une nouvelle trésorière :  
    
                               
Madame Sylvie CLYTI-LUINAUD, expert-comptable et commissaire aux comptes, membre de l’association depuis 2016, a été élue trésorière en remplacement de Guillaume Gérault, démissionnaire le 10 avril 2017.

2/ Evaluation interne 2017 :

Les cinq caractéristiques de la démarche d’évaluation sont les suivantes :

- L’évaluation consiste à donner une valeur aux effets d’une action, d’un dispositif ou d’une politique. Pour que cette valeur ne soit pas jugée en fonction des normes implicites de  chacun des intervenants ou des partenaires, il est indispensable qu’existe un référentiel précisant les finalités, les valeurs partagées, les principes, les objectifs, les moyens… Ce référentiel dérive des projets existants. Il tient compte du cadre réglementaire ainsi que des recommandations de l’ANESM.

- L’évaluation n’est pas un contrôle, ni un audit des procédures. Le contrôle vérifie la conformité entre le réel et le prévu, le respect de règles ou d’obligations. L’évaluation permet quant à elle d’apprécier les effets prévus ou imprévus d’une action. Il ne s’agit pas de dire si le travail social est « bon » ou « mauvais », mais de vérifier si le service correspond bien aux attentes ou aux besoins des usagers, s’il est cohérent avec le projet de l’association ou de l’établissement et avec la commande sociale.

- L’évaluation est un travail sur les causes : il ne suffit pas de constater des effets ou des changements, positifs ou négatifs, encore faut-il savoir si nous y sommes pour quelque chose. L’évaluation suppose que les producteurs (et les utilisateurs) du service ou du dispositif s’y impliquent et y trouvent un intérêt. On peut difficilement évaluer une action sans prendre en compte les personnes et les organisations qui y contribuent, d’autant que ces acteurs font partie de la situation évaluée comme du changement que l’on voudrait y introduire.

- L’évaluation permet de repérer l’efficacité, l’efficience, la cohérence et la pertinence des actions et prestations, dans la perspective d’améliorer la qualité de ces prestations. Il faut donc formaliser ces observations, recueillir des faits… tout en sachant que les indicateurs ne seront qu’indicatifs : ils permettront d’objectiver les appréciations mais pas de fonder une certitude.

- Il y a peu d’outils propres à l’évaluation. C’est davantage une manière d’utiliser des méthodes et des techniques qui relèvent de la conduite de projet, du management, de l’intervention sociale… Cette manière, autant que possible, gagnerait à être une démarche participative et dynamique, à l’intérieur des associations et des établissements, comme dans le travail en réseau. L’évaluation renseigne aussi sur le pilotage global du projet et permet de le modifier si besoin. L’évaluation est un processus d’apprentissage, elle contribue à l’observation des besoins sociaux et à l’évolution des réponses nécessaires.

Après la première évaluation interne réalisée en 2012, ayant porté sur le premier accueil, l’accompagnement et l’hébergement, la deuxième évaluation a été organisée en 2017 sur les trois thèmes suivants :

•    Le projet d’établissement
•    Les partenariats
•    La Réduction des risques

Cette démarche d’évaluation comporte toujours les trois étapes suivantes :

-    Collecter une information cohérente, significative et tangible concernant le critère examiné.
-    Retranscrire l’information de manière descriptive, précise et concise (des faits rien que des faits et avec un vocabulaire compris de tous).
-    Faire le diagnostic, attacher une valeur (positive, négative, paradoxale) aux faits recensés.

3/ Renouvellement du poste FONJEP pour trois ans


Le 4 octobre 2017 a été reconduit pour trois ans à compter du 1er janvier 2018 le poste FONJEP.

Document à télécharger

L'activité 2016

Publié le 24 juillet 2017

L’année 2016 a été marquée par six événements principaux :

1/ Election de trois nouvelles administratrices :

- Madame Nathalie BEAULNES, membre de l’association depuis 2003,
- Madame Sylvie CLYTI-LUINAUD, expert-comptable et commissaire aux comptes, membre de l’association depuis 2016,
- Madame Martine MACÉ, membre de l’association depuis 2014.
En revanche, Madame Dominique PAGÈS, trop occupée professionnellement, a renoncé à son mandat d’administratrice à compter de juin 2016.

2/ Election des nouveaux représentants des salariés au Conseil d’Administration :
Frédéric BABBUCCI et Pascal COULON.
Frédéric BABBUCCI, également Délégué du Personnel, est, depuis 2002, moniteur-éducateur à l’Oasis où il accompagne et encadre les résidents.
Pascal COULON, coordinateur des admissions à l’Oasis, conçoit et anime les ateliers d’initiation à la philo, d’histoire de l’art et de yoga.

3/ Election d’un nouveau Président conformément aux règles statutaires.
Conformément à l’article 5 des statuts, le Président Jean-Marc SERENI n’a pas pu briguer un nouveau mandat d’administrateur. Il a été en conséquence fait appel à candidature pour la fonction de Président du CA et Nathalie BEAULNES, seule candidate, a été élue à l’unanimité.

4/ Départ à la retraite d’Evelyne RICHARDOT et remplacement par Marco ANDROSIGLIO.
Evelyne Richardot occupait un poste de psychologue à 1/3 de temps depuis une trentaine d’années. Elle est remplacée en CDI par Marco Androsiglio qui a par ailleurs un CDD de 2/3 de temps sur Hélicoptère où il remplace Samia Boughaba-Makmoul, en arrêt maladie depuis plus de deux ans.

5/ Départ à la retraite, en fin d’année 2016, du médecin Patrice LEMAIRE et remplacement par le docteur Carine Verdier en début d’année 2017.

6/ Des travaux à l’Oasis ont été nécessaires après le traitement des punaises de lits.
Après le constat d’une invasion de punaises de lits, un traitement chimique a été entrepris sur plusieurs jours, obligeant à reloger certains résidents momentanément et à entreprendre des travaux de rénovation de quatre chambres pour un coût global de plus de 7 000 €. Cette période entre juin et août a vu un léger ralentissement des admissions, ce qui explique une petite baisse du taux d’occupation (95 % au lieu de 97 %).

Document à télécharger

L'activité 2015

Publié le 13 juin 2016

L’année 2015 a été marquée par cinq événements principaux :


1/ Mise en place de l’assurance mutuelle obligatoire à compter du 1.01.2016 selon la loi du 14 juin 2013 qui prévoit une évolution importante de la protection sociale : la généralisation de la complémentaire santé pour tous les salariés.

2/ Formulation de l’Ad’AP : agenda d’Accessibilité Programmée, selon la Loi du 11 février 2005 dite « Loi handicap » qui place au cœur de son dispositif l'accessibilité du cadre bâti et des services à toutes les personnes handicapées. Selon nos considérations et celles d’organismes  agréés, seul le siège du 9 rue Pauly,  qui est le lieu de consultation, est l’objet de l’Ad’AP.

3/ Agrément de l’adhésion de trois nouveaux membres de l’association, dont l’INECAT (Institut National d'Expression, de Création, d'Art et Thérapie - Etablissement privé d'enseignement supérieur, formation et diplôme de médiateur et d’art thérapeute). Les ateliers de médiations artistiques mis en place au profit des usagers d’ADAJE sont très efficaces (il s’agit de mettre en œuvre les meilleures conditions favorables au dépassement des problématiques par la stimulation de l’activité créatrice) et il est important que l’institut de formation soit devenu un membre partenaire.

4/ Remplacement de l’agent d’accueil parti à la retraite. Etiennette MASSOUTIER-GAUTHIER a été remplacée par Stéphane PUIBERNEAU.

5/ Evaluation interne continue avec les réunions dites institutionnelles tous les trimestres pour approfondir des thèmes, évaluer et organiser de nouvelles modalités d’accompagnement. Rappelons que la première évaluation interne a eu lieu en 2012 et que la première évaluation externe a eu lieu en 2013. Les deux prochaines évaluations internes auront lieu en 2017 et 2022, tandis que la seconde évaluation externe aura lieu en 2023.
 

Document à télécharger

L'activité 2014

Publié le 08 juin 2015

Selon le Président de la Fédération Addiction, Jean-Pierre Couteron,l’année2014 a été marquée par les points suivants :

 
 
 
 
 
 
Spécifiquement pour ADAJE, l’année 2014 a été marquée par les points suivants :
 
- Olivier DUTARTRE, désormais domicilié loin de Paris, a dû donner sa démission de trésorier et d’administrateur. Guillaume GERAULT lui succède en tant que trésorier.
- Brigitte MONDOLONI quitte le Conseil d’Administration, après huit ans de présence à la gouvernance d’ADAJE, mais reste membre adhérente.
- Vente du terrain de Corrèze de 2.000m2 (400€).
- Seuls les hôpitaux étant éligibles au label « culture et santé », ADAJE s’est donc vu inéligible à ce label, qui aurait pu être intéressant pour les usagers comme pour les salariés.
 
L’activité 2014 est en hausse sur 2013 en ce qui concerne les taux d’occupation : au centre thérapeutique résidentiel (l’Oasis), il est enregistré un taux de 97.24% (95.29% en 2013) et au réseau d’appartements thérapeutiques (Hélicoptère) un taux de 98.08% (97.29% en 2013). Le nombre total d’actes professionnels en 2014 se stabilise toujours autour de 4 000 consultations.

 

Document à télécharger

L’activité 2013

Publié le 01 juillet 2014

L’année 2013 a été marquée principalement par les points suivants : 

Remise à l’ARS du premier rapport d’évaluation externe le 12 février 2013 :
Le cabinet SAFRAN & Co, évaluateur agréé retenu, a mené en quelques jours intenses son travail. Les deux intervenants ont pu consulter tous les documents souhaités, rencontrer les professionnels et les usagers, visiter les différents lieux et ont participé à des réunions, des ateliers et des moments de vie quotidienne. Ils ont souligné la qualité de ces « parfaites conditions d’accès ».
Leur rapport de 60 pages est fondé sur notre évaluation interne adressée à l’ARS le 19 juin 2012 dont il reprend chaque élément pour l’étudier et le commenter de façon positive.
Leur conclusion (p. 35) souligne d’abord, pour les approuver, les parallèles qui existent entre ce qui est proposé aux usagers et le travail d’élaboration des professionnels. Elle met ensuite en avant le fait, très important, que le fonctionnement global du CSAPA amène les usagers d’ADAJE à être co-responsables de leur projet et de leur accompagnement. Elle termine enfin en disant que « ADAJE dispose de compétences managériales et professionnelles qui lui permettent de remplir ses missions et de renforcer son positionnement quant à l’insertion socio-professionnelle des usagers, aboutissement de l’accompagnement proposé ». Retenons que les deux prochaines évaluations internes auront lieu en 2017 et 2022, tandis que la seconde évaluation externe aura lieu en 2023.
 
Anniversaire des 40 ans de l’Association fêté le 10 juin 2013 :
1973-2013 : 40 ans d’expérience dans l’accompagnement et la prévention des addictions.
Grande réussite de cette journée qui a réuni, pour le déjeuner sur la péniche le Charleston, au pied de la Grande Bibliothèque : 65 invités : salariés, administrateurs, adhérents, représentants de l’ARS et partenaires de terrain.
Sur une durée de 40 ans, on peut dire qu’ADAJE aura en moyenne :
Reçu 5 200 personnes, hébergé 2 300 personnes, assuré 300 000 journées d’hébergement, et réalisé 24 000 actes de psychologues, 16 000 actes d’assistante sociale, 14 000 actes de médecin, et plus de 100 000 actes d’éducateurs spécialisés.
 
Election de Guillaume GÉRAULT en qualité d’administrateur par l’AG du 10 juin 2013:
Guillaume GÉRAULTexerce son activité au service de la santé (ostéopathie, naturopathie), pour rechercher la cause de la maladie (addiction par ex), faire émerger cette cause et soutenir par conseils en alimentation, exercice physique, utilisation des plantes, compléments alimentaires. Il forme également à l’anatomie, la science du toucher, l’aromathérapie, l’olfactothérapie, pour aller chercher le sens profond (émotionnel) des choses. Il a écrit plusieurs ouvrages édités par Albin Michel. Il travaille avec des sportifs de haut niveau, des comédiens (gestion du stress) et coordonne un centre de médecine douce au Mans.
 
Mise en place d’une évaluation encore plus importante de la part des usagers en septembre 2013 :
Conformément aux recommandations de l’évaluation externe pour une participation plus approfondie des usagers, une nouvelle grille d’évaluation a été proposée aux résidents pour qu’ils puissent, trimestriellement, donner un avis sur leur accompagnement. Et cela aussi bien pour les résidents du centre thérapeutique résidentiel que pour ceux des appartements thérapeutiques.
 
Mise à jour de deux partenariats et la signature d’un nouveau contrat avec le centre Arthur Rimbaud en septembre 2013 :
Conformément aux recommandations de l’évaluation externe,  les contrats - échus depuis 2011 - ont été renouvelés avec le CAARUD Nova Dona, et avec le CSAPA Chimène. Par ailleurs, un nouveau contrat a été signé avec le centre Arthur Rimbaud du CSAPA Hospitalier des Quatre Villes (CH4V) – Prestations ambulatoires, hébergement en famille d’accueil et orientations en médecine alcoologie/addictologie du CH4V.
 
Ouverture de douze « ateliers logement » tout au long de l’année 2013 :
Dans le cadre de la fédération EPISEA qui regroupe plusieurs CSAPA (dont ADAJE) et plusieurs CARRUD ainsi que le Secours Catholique (Cité Saint-Martin), des ateliers sont proposés aux usagers pour connaître les modalités de demandes de logement, mais aussi pour savoir gérer un budget et savoir « habiter un appartement » de façon autonome. La fédération EPISEA a pour vocation principale de répondre aux problématiques de logement et d’hébergement rencontrées par les publics des CSAPA et des CARRUD.
 
 
L’activité 2013 est en hausse sur 2012 en ce qui concerne les taux d’occupation : au centre thérapeutique résidentiel (l’Oasis), il est enregistré un taux de 95.29% (92.37% en 2012) et au réseau d’appartements thérapeutiques (Hélicoptère) un taux de 97.29% (85.96% en 2012). Le nombre d’actes professionnels total en 2013 se stabilise autour de 4 000 consultations.

 

Document à télécharger

L’activité 2012

Publié le 12 juin 2013

L’année 2012 a été marquée principalement par les points suivants :


• Remise à l’ARS du rapport d’auto-évaluation.
Le rapport d’auto-évaluation 2009-2012 (de 67 pages) validé par le Conseil, puis par l’A.G. du 11 juin 2012 a été transmis à l’Agence Régionale de Santé en juillet 2012.
Ce travail d’évaluation a été mené par les équipes réunies en différents groupes de travail et a, selon l’avis de tous, débouché sur des résultats concrets, notamment sur une meilleure maîtrise de l’outil de travail, des pratiques (encadrement des patients) et des documents de base (initiés par la loi 2002-2). Il a créé une réelle dynamique.

• Préparation de l’évaluation externe et choix du prestataire.
A l’unanimité, le Conseil a retenu la proposition de la société Safran et Co qui a une expérience de plus de 10 ans en évaluation externe dans le secteur médico-social.

• Clôture du règlement judiciaire.
La clôture du règlement judiciaire a été constatée par le Tribunal le 26 janvier 2012 en même temps que la fin de la mission de Maître Pellegrini, Commissaire à l’exécution du plan de redressement.
Le plan de redressement par voie de continuation, obtenu en octobre 2004 après la déclaration de cessation des paiements (DCP) de juillet 2003, prévoyait un plan d’apurement sur sept ans de nos dettes fournisseurs antérieures à la DCP, soit de 2005 à 2011. Ce plan a été intégralement exécuté : le dernier versement a eu lieu en octobre 2011.

• Démission de John Vignati du poste d’administrateur- trésorier.
John Vignati a été Président de l’Association de 2002 à 2009, puis trésorier entre 2011 et 2012. Il a démissionné de toutes ses fonctions au sein d’ADAJE en juin 2012, mais reste adhérent de l’Association. Son action, déterminante dans les moments de difficultés financières, a contribué grandement à l’indépendance, à l’essor et à la transparence de l’activité d’ADAJE.

• Départ à la retraite de Monique Delachanal en octobre 2012.
Entrée en septembre 1991, Monique a été Conseillère en Economie Sociale et Familiale.
Un peu comme une maîtresse de maison à l’Oasis, elle a pu faire partager son goût pour les arts et la culture, a animé un atelier modelage et a organisé de nombreuses sorties à visée culturelle (théâtre, musée, cinéma…) avec les résidents. Formée à l’art-thérapie (ATPP Atelier d’Expression Plastique les Pinceaux) en 1996 et à la médiation culturelle, par Culture du Cœur, en 2006, Monique a été une figure maternelle dans l’équipe, avec une présence rassurante, patiente, douce, régulière et toujours disponible.

• Election du trésorier : Olivier Dutartre a accepté de prendre la fonction de trésorier.

• Entrée au Conseil d’Administration de Brigitte de La Houssaye.
Brigitte de La Houssaye habite tout près de la rue Pauly et exerce son activité à la Caisse des Dépôts (CDC), où elle est actuellement experte en développement économique à la Direction régionale Ile de France. Précédemment, elle a pendant 10 ans bénéficié d’un accord cadre sur le mécénat de compétences et a été mise à la disposition de diverses associations dont l’Agence Nouvelle de Solidarités Actives, créée par Martin Hirsch pour expérimenter des politiques sociales.
Psychologue clinicienne de formation, elle a d’abord exercé ce métier puis rejoint la Mission Locale de La Rochelle comme conseillère technique.
En 1988, elle a acquis un DESS de gestion et développement des organisations à Dauphine puis rejoint le secteur des Ressources Humaines et de la Communication de la CDC jusqu’en 1999.

En septembre 2012, l’ARS a réuni les 19 CSAPA de Paris intra-muros (259 ETP) et a présenté des statistiques sur l’activité des CSAPA ambulatoires en 2011 : 15.000 personnes sont venues consulter, générant 410.000 consultations pour 20 M€, soit beaucoup moins onéreux qu’à l’hôpital. La substitution (méthadone ou subutex) ne concerne que 4.000 personnes.

L’activité 2012 est en hausse sur 2011 en ce qui concerne les actes professionnels (entretiens) tant à l’Oasis (3 216 / 3 156) qu’à Hélicoptère (881 / 803).
Les taux d’occupation sont en baisse dans les deux lieux d’accueil : à l’Oasis à cause de plus nombreuses vacances (turn-over plus important qu’en 2011) et à Hélicoptère pour des raisons de changement de deux appartements et de travaux dans un troisième. Ces taux restent cependant d’un bon niveau : 92,37% pour l’Oasis (95% en 2011) et 85,96% pour Hélicoptère (97,63% en 2011).
 

Document à télécharger

L’activité 2011

Publié le 14 juin 2012

L’année 2011 a été marquée principalement par les points suivants :

• Refonte du projet associatif (consultable sur le site adaje.org) par le Conseil d’administration et l’Assemblée Générale. Il s’est agi de préciser les caractéristiques de l’action d’ADAJE en addictologie :

1- Développer une expertise d’accompagnement, par un traitement « résidentiel » (hébergements collectif et individuel). Le projet associatif met en lumière les principales caractéristiques qui constituent la légitimité de l’aspect thérapeutique de l’hébergement en comparaison de l’accompagnement en ambulatoire.

2- Favoriser le travail en réseau et la coopération de professions complémentaires. Il s’agit de développer une diversité de réponses adaptées aux réalités diverses et évolutives des phénomènes d’addiction. Il convient d’apporter de la cohérence et de faciliter les coopérations, les échanges de savoir-faire et la fluidité des filières de prise en charge.

• Elaboration du projet d’acquisition du centre thérapeutique résidentiel qui sera sans doute mis en vente à l’issue du bail en 2017.

Du fait de la spécificité de l’accompagnement résidentiel, il est capital d’avoir l’usage d’une maison susceptible d’être un Centre Thérapeutique Résidentiel. Le bailleur est une famille en indivision et proposera sans doute la vente du pavillon fin 2017. Ne pas se positionner en éventuel acquéreur serait un risque majeur de perdre « l’outil de travail » (les maisons de ce type sont rares dans Paris). Une réserve d’investissement, en accord avec l’ARS, a été programmée en vue d’une éventuelle acquisition avec apport de fonds propres et endettement bancaire.

• Mise en place d’un atelier « argent » dans le cadre du processus d’évaluation interne débuté en 2009 (voir article acteur/témoin).

Le travail dans cet atelier consiste à permettre un déchiffrage du conflit douloureux exprimé par le biais de l’argent, là où cela est possible. Lorsque cette opération est impraticable car trop dangereuse pour le sujet, lorsque le terme « argent » ne fait que recouvrir un vide de la pensée, il s’agit plutôt de trouver ensemble des modalités de suppléance permettant de nouer et faire tenir ensemble le symbolique, le réel et l’imaginaire.

• Toujours dans la cadre de l’auto-évaluation et du plan d’action d’amélioration, des entretiens familiaux ont été mis en place en vue d'effectuer principalement un travail sur la communication et la verbalisation des affects avec les proches.

Afin d’améliorer l’accompagnement global des accueillis, et en accord avec eux, ADAJE propose des rencontres ponctuelles (une par trimestre, en moyenne) avec leurs proches (parents, enfants, conjoints, amis, etc.). Ces divers entretiens visent à sensibiliser les familles aux enjeux liés à la problématique de l’addiction. Parallèlement, dans le cadre de la démarche de soins des accueillis, ces rencontres ont aussi pour but d’aider à une clarification des priorités respectives de chaque membre de l’environnement familial.

• Enfin, des travaux de rénovation, d’entretiens et de renouvellement partiel du matériel informatique ont été effectués rue Pauly (bureaux, salle de réunions et d’ateliers) et au Centre thérapeutique résidentiel (chambres et cour).

En termes d’activité, au centre thérapeutique résidentiel (15 lits - Oasis), le taux d’occupation a été de 95,01% (94,17% en 2010), soit 5.202 journées d’hébergement, pour 33 résidents (35 en 2010) et une durée moyenne de séjour de 157 jours (147 en 2010).
Pour le réseau des 8 appartements thérapeutiques (réseau Hélicoptère), le taux d’occupation a été de 97,63% (99,86% en 2010), soit 2.851 journées d’hébergement pour 13 résidents (14 en 2010) et une durée moyenne de séjour de 219 jours (208 en 2010).
Encore une fois, ces différents chiffres confirment la progression de la performance de la mission principale d’ADAJE dans la prévention des rechutes : augmentation des durées de séjour et augmentation des contrats thérapeutiques menés à terme.
 

L’activité 2010

Publié le 09 juin 2011

En février 2010, a été reçue, avec mention d’un avis favorable à l’unanimité, l’autorisation de passage en CSAPA.

Comme cela avait été dit, ADAJE est à même d’assurer les missions obligatoires des CSAPA, conformément au décret n°2007-877 du 14 mai 2007, c’est-à-dire :
Art. D.3411-1 (section 1 du chapitre 1er du titre 1er du livre IV de la troisième partie du code de santé publique)
 

  1.  L'accueil, l'information, l'évaluation médicale, psychologique et sociale, et l'orientation de la personne ou de son entourage ;
  2.  La réduction des risques associés à la consommation de substances psychoactives ;
  3.  La prise en charge médicale, psychologique, sociale et éducative. Elle comprend le diagnostic, les prestations de soins, l'accès aux droits sociaux et l'aide à l'insertion ou à la réinsertion.

Le CSAPA ADAJE propose une prise en charge pour toutes les addictions (substances psychoactives illicites et alcool), avec des prestations en hébergement thérapeutique, en collectif avec un centre thérapeutique résidentiel de 15 lits, et en individuel avec 8 appartements thérapeutiques. Il n’est pas prévu de prestations ambulatoires, faute de personnel.

L’année 2010 a vu la continuation du processus d’évaluation interne démarré en 2009, la mise en place d’un groupe d’expression conformément à la loi 2002-2 et l’inauguration d’un atelier d’art-thérapie au sein du centre thérapeutique résidentiel.

La loi 2002-2 pose le principe selon lequel des instances de consultation des usagers doivent être mises en place. ADAJE a depuis longtemps institué les groupes de parole hebdomadaires qui sont l’occasion pour les usagers d’exprimer, en présence du directeur, leur satisfaction ou leur plainte et surtout l’occasion de s’associer au fonctionnement et à l’organisation de la structure. Il a été jugé utile d’ajouter à ces réunions hebdomadaires, un groupe d’expression formalisé par la loi, qui confère aux usagers les droits et obligations inspirés de la citoyenneté.

Depuis longtemps, ADAJE a mis en avant l’art et la culture dans ses propositions d’accompagnement, considérant que ceux-ci recélaient un véritable potentiel de recomposition de l‘humain. L’histoire de l’art, les visites de musées ou les commentaires d’œuvres littéraires ou cinématographiques, sont depuis longtemps proposés aux résidents du centre thérapeutique résidentiel. Il manquait un véritable atelier d’art thérapie au sens de pratiques artistiques encadrées par un artiste confirmé. Le choix s’est porté sur les arts plastiques avec une personne qualifiée d’abord en praticienne des arts, puis en thérapeute. Retenons que la thérapie vise à libérer en quelqu’un sa capacité d’exister.

En termes d’activité, au centre thérapeutique résidentiel (Oasis), le taux d’occupation a été de 94,17% (89,66% en 2009), soit 5.156 journées réalisées, pour 35 résidents (43 en 2009) et une durée moyenne de séjour de 147 jours (114 en 2009).
Pour le réseau des 8 appartements thérapeutiques (réseau Hélicoptère), le taux d’occupation a été de 99,86% (97,64% en 2009), soit 2.916 journées réalisées pour 14 résidents (15 en 2009) et une durée moyenne de séjour de 208 jours (190 en 2009).

Encore une fois, ces différents chiffres confirment la progression de la performance de la mission principale d’ADAJE dans la prévention des rechutes : augmentation des durées de séjour et augmentation des contrats thérapeutiques menés à terme.